Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Loïc Damiani

Depuis des années avec mes élèves de classe de 6e j'utilise le dessin animé de Kirikou. Dans le cadre du chapitre qui s'intitulait Habiter la campagne nous évoquions la structure et l'organisation géographique des villages de brousse d'Afrique de l'Ouest. 

 

L'ouverture et les deux premières minutes du film Kirikou et la sorcière permettent de poser tous les enjeux de l'espace étudié. On y voit le village, ses cases, ses volatiles et ses personnages: les femmes, les enfants et le vieux. Le dialogue de Kirikou et de sa mère pose déjà la question de l'absence du père et de l'ensemble des hommes partis combattre la sorcière dans l'histoire dont on peut penser que dans la réalité d'un village de la région ils sont partis travailler ailleurs. 

L'étude un peu plus rapprochée de la représentation du village permettait ensuite de faire réaliser aux élèves un schéma de cet espace géographique réel: village, jardins, champs, savane et routes. Il s'agissait aussi de replacer le village dans une espace plus large...

Avec les nouveaux programmes entrés en vigueur en septembre 2016 dans toutes les matières et pour tous les niveaux, l'approche change un peu. Le thème 2 de la géographie en 6e invite les enseignants et les élèves à explorer la façon dont les humains habitent des espaces à faible densité. Après l'étude des zones à fortes contraintes naturelles second type d'espaces de faible densité sont ceux à vocation agricole

 

Ce passage du programme permet de donner à voir la diversité des espaces agricoles du monde. En montrant l'organisation des espaces fortement intégrés que sont les feed lots des USA où se pratique un élevage extensif avec l'engraissement du bétail on explique que les zones à faible densité ne sont pas nécessairement des lieu répulsifs. La mise en comparaison avec le système agricole des villages de l'Ouest africain permet de faire comprendre les grandes différences et inégalités qui traversent le monde. 

 

La encore, l'utilisation d'un extrait de Kirikou est intéressant. Cette fois-ci il s'agit d'un morceau, les premières minutes du second opus de la série Kirikou et le Bêtes sauvages, lorsque les villageois se lancent dans la mise en place d'un potager. On y voit les questions de l'irrigation, de la plantation, du traitement et de la surveillance de cultures variées (melons, piments, aubergines, ananas...). 

Cet extrait est particulièrement intéressant. D'abord il résonne chez les élèves pour la majorité desquels ces films ont été vus et sont à la fois connus et appréciés. Il montre aussi, entre les minutes 3 et 9 du film les risques qui sont liés à cette agriculture vivrière. Ici elle est ravagée par une bête sauvage, une hyène noire que certains villageois pensent envoyés par la sorcière. Mais cette catastrophe peut représenter les intempéries et autres aléas climatiques toujours possibles avec une nature que dont les hommes ne contrôles jamais tous les éléments. 

 

On est bien là dans l'étude de l'organisation d'un système de production agricole. Système manuel, traditionnel, que certains pourraient dire archaïque mais qui est le lot de millions et de millions de paysans dans le monde. 

 

Après cette étude des différents aspects de cet espace à faible densité à vocation agricole avec le village et le potager j'ai décidé de lancer un nouveau défi à mes élèves. La classe de 6e2 étant particulièrement active dans l'utilisation de l'Ordival, le nouvel ordinateur-tablette je me suis dit que les vacances de février allaient être le moment de proposer un exercice, sous forme de jeu aux jeunes. 

 

La très grande majorité des élèves de la classe, filles comme garçon sont des adeptes de Minecraft, ce jeu de construction dont la version de base, créative, est gratuite. 

Le défi à relever pour les élèves peut sembler assez simple pour des amateurs de ce jeu. Il s'agit de construire, le plus fidèlement possible, le village de Kirikou. Les cases rondes disposées en cercle, le baobab, les roues, le potager et les champs, la savane, les chemins et la source. Ils ont trois semaines, dont deux de congé pour imaginer ce village et le bâtir. Ils peuvent constituer des groupes. 

Le défi de Kirikou !Le défi de Kirikou !

En mars 2016 j'avais expliqué dans un billet comment Minecraft pouvait devenir un outil intéressant pour construire des savoirs en histoire comme en géographie. Il s'agit là d'une mise en application qui a semblé intéresser les élèves. 

Les buts sont multiples. D'abord il s'agit de leur faire représenter un espace géographique. Il leur faut donc réfléchir finement à l'imbrication des différents éléments qui le constituent. Le mode de construction, avec des blocs, oblige aussi à penser aux proportions qui doivent être respectées. Construire une case ronde avec des blocs qui sont des quadrilatères n'est pas évident.

Arbres, rigoles, source, plantations, habitations, personnages, animaux ils vont comprendre que l'espace d'un village n'est pas organisé n'importe comment. Que le positionnement des lieux et des choses doit respecter des proportions et une échelle en lien avec la réalité du terrain. 

Le but est aussi de profiter de l'hétérogénéité de la classe. C'est une question centrale de ma pédagogie. Nombreux sont les enseignants, croisés depuis le début de ma carrière, qui déplorent "l'hétérogénéité de la classe". C'est justement une force que l'on peut exploiter avec le travail d'équipe. Dans le cas présent, les élèves les plus "scolairement à l'aise" au sens classique du terme ne sont pas nécessairement les plus familiarisés avec ce jeu de "lego en ligne". D'autres qui peuvent être parfois décalés dans des apprentissages classiques peuvent se révéler des experts en jeux vidéos. La collaboration de ces  deux types d'élèves est aussi un des objectifs de cet exercice.

Car il convient de penser, de réfléchir cet espace géographique et tous ces enjeux afin de pouvoir le construire. 

 

Un défi à relever donc dont je vous donnerai des nouvelles sur ce blog dès la rentrée... 

Le défi de Kirikou !Le défi de Kirikou !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :