Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Loïc Damiani

La leçon d'ouverture du programme d'histoire de la classe de 6ème s'intéresse à l'invention de l'écriture. Pictogrammes mésopotamiens puis hiéroglyphes égyptiens donnent à l'occasion de réfléchir sur ce qu'est une écriture et la complexité de ce système dont la l'apparition marque le "début de l'Histoire". 

 

Il est en effet difficile de comprendre comment ces hommes ont imaginé de graver ou de peindre des représentations qui correspondaient à leur langue et les difficultés importantes qu'ils ont pu rencontrer pour figurer les idées abstraites comme les noms propres. 

 

Les techniques d'écriture par contre plus simples à envisager et même à voir puisqu'elles sont figurées, en particulier chez les égyptien dès l'ancien empire. Les représentations de scribes, ces professionnels de du langage écrit sont très parlantes pour les élèves.

 

Parmi les oeuvres d'art qui donnent à voir ces hommes et ces techniques, les statues et bas reliefs de scribes sont intéressantes à faire découvrir aux élèves. Le musée du Louvre en possède plusieurs dont l'analyse est la base d'une séance en classe qui marque les jeunes. 

 

La plus connue est sans doute celle nommée "le scribe accroupi". Il s'agit d'une statue découverte à Saqqarah au 19e siècle. Depuis des années sa photographie est affichée dans ma classe, sur le mur à proximité du bureau. Lorsque nous la découvrons dans le manuel, les élèves la reconnaissent tout de suite. 

Scribes au travail et écriture...

Cette statue en ronde-bosse a été datée de la période allant de 2 620 à 2 500 av. J.C.. Agée de plus de 4 500 ans elle montre un scribe au travail. Il est assis en tailleur. Les élèves le notent d'ailleurs qu'il n'est pas  à proprement parler "accroupi".

 

Habillé d'un pagne, il est face à nous et tient sa main gauche un rouleau de papyrus sur la partie dépliée duquel sa main droite est en position d'écriture. Le pouce et l'index sont rapprochés "comme s'il tenait un stylo" disent les enfants.

 

 

Il s'agit en fait d'un calame ou d'une sorte de pinceau. La Bibliothèque Nationale de France, sur son site internet consacré au scolaire, met une synthèse de ce que furent les instruments d'écriture depuis son invention. Vous pouvez la consulter ci-dessous. 

Le personnage semble bien portant. Son anatomie un peu ronde symbolise le fait qu'il occupe une place privilégiée dans la société. Avec ce que l'on pourrait appeler un léger embonpoint, on constate que son travail rapporte. Il est bien nourri et physiquement pas à plaindre. 

 

Au delà même de son physique et de son activité, le personnage fascine aussi les élèves par son regard très expressif. Il semble regarder le spectateur ou le lecteur où que celui-ci se situe. Une explication de ce phénomène surprenant est donnée dans la petite vidéo suivante. 

Tête du "scribe accroupi" du musée du Louvre

Tête du "scribe accroupi" du musée du Louvre

L'examen de cette statue marquante est ensuite prolongé par une comparaison avec une autre représentation de scribe. 

Scribes au travail et écriture...

Il a des calames sur l'oreille droite et un dans la main. Il est en train d'écrire. Il a une planche à écrire qui lui sert de support et sur  sa cuisse droite est appuyé une boite à écrire. 

 

Le musée du Louvre en conserve plusieurs en bois ou en ivoire. 

Scribes au travail et écriture...

On y voit l'emplacement des deux couleurs ainsi que celui pour ranger les calames. Instrument de travail des scribes il n'est pas étonnant que les archéologues en aient retrouvé   de nombreux exemplaires. 

 

L'importance des scribes dans l'administration de l'empire d'Egypte se confirme avec l'examen du bas relief suivant. 

Scribes au travail et écriture...

Il représente un "scribe en chef des Archives royales". Fonction prestigieuse s'il en est et stratégique pour la mémoire et le gouvernement du pays elle est occupée par un personnage considérable. 

 

Cette représentation est encore plus ancienne que le scribe de Saqqarah puisqu'elle est datée d'environ 2 750 av. J.-C. ! Elle nous fait entrer au coeur de l'administration des pharaons, au coeur de leur pouvoir. En effet l'écriture devient l'épine dorsale de ce pouvoir. Elle revêt un rôle ô combien stratégique. Ne serait-ce que pour ramasser les impôts.

 

Mais si l'on lève le regard en prenant un peu  de recul on arrive à y distinguer une grande partie de la société égyptienne du temps. 

 

Une société complexe et étonnante dont le musée du Louvre donne à voir une palette d'objets dans une visite virtuelle qui ne manquera pas de vous intéresser...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :