Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Loïc Damiani

L'éducation morale et civique dans son programme de 6e (cycle 3) interroge sur Le droit et la règle: des principes pour vivre ensemble. Dans ce cadre il est indiqué de faire travailler les élèves sur le respect de tous les autres et en particulier "les principes de l'égalité des femmes et des hommes".

 

La question de La mixité à l'école et son corolaire de L'égalité entre les filles et les garçons permet de donner à voir aux élèves des phénomènes qu'ils et elles vivent (comme nous tous) mais dont elles et ils ne sont pas forcément conscients. 

 

Tout commence par le rappel de ce que dit la loi, en particulier celle du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes. La politique de la République en la matière contient notamment: "Des actions destinées à prévenir et à lutter contre les stéréotypes sexistes". 

 

Le travail sur le vocabulaire est essentiel. Un stéréotype est l'image d'un sujet telle qu'elle est généralement admise et véhiculée. Le sexisme est la mise à l'écart d'une personne du fait de son sexe. Pour être très concret, un exemple pris dans une cour de récréation et étudié par une géographe donne à voir les pratiques dont on veut parler. Le reportage qui suit est de ce point de vue éloquent. 

Il est ici montré, autour du terrain de foot d'une cour de recréation d'école élémentaire, comment les filles sont mises à l'écart et comment s'opère une pratique de non mélange entre les filles et les garçons. 

 

Ce petit reportage donne à voir comment des distinctions se font du fait d'une domination sexiste inconsciente largement dictée par les standards sociaux. On passe rapidement d'une place différente, d'un positionnement en marge pour les filles à des façons de jouer et d'être différentes mais subies plus que souhaitées.

 

Cette séquence permet de donner à voir des pratiques sociales pas nécessairement connues mais très répandues et qui orientent largement la vie en société. Un chiffre est de ce point de vue significatif. Les femmes représentent en 2017 plus de 51,55% de la population de la France (34,5 millions sur presque 67 au total) mais seulement 27 des députés. La place des femmes est donc loin, dans les faits de la représentation politique, de correspondre à l'image de la société. 

 

A propos d'image justement, le passage par les jouets est tout à fait intéressant pour donner à voir ce que sont les représentations des jeux pour filles et des jeux pour garçons et des messages que la cela véhicule. Il n'y a pas besoin d'aller très loin pour que cela saute aux yeux. 

Stéréotypes filles-garçons.
Stéréotypes filles-garçons.

Des clichés innombrables sur les activités, le rôle et la place de chacun sont très visibles ici dans cette publicité pour des figurines. Image de princesse et de mère d'un côté, image de force et de violence de l'autre. 

 

Les images qui suivent, prisent dans la même série sont assez représentatives de ce cortège de préjugés commerciaux et psychologiques qui traversent et influencent la société. 

Stéréotypes filles-garçons. Stéréotypes filles-garçons.
Stéréotypes filles-garçons. Stéréotypes filles-garçons.
Stéréotypes filles-garçons. Stéréotypes filles-garçons.
Stéréotypes filles-garçons. Stéréotypes filles-garçons.

Et je ne vous parle même pas des couleurs, le bleu pour les garçons et le rose pour les filles encore très visible y compris dans les rayons vêtements pour enfants comme l'illustre cette photo prise en classe de 6e3 où Waïs et Alicia se sont gentiment prêtés au jeu en m'expliquant de que toute façon le choix était un peu contraint car la jolie image du chaton n'existait pas en bleu et ne figurait qu'au rayon des filles...

Stéréotypes filles-garçons.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :