Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par M. DamianAboulkheir

Un fabuleux voyage à ne pas manquer...

Un livre tout à fait intéressant vient de paraître aux éditions Payot intitulé Empire, un fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche.

Il s'agit de l'oeuvre du paléontologue italien Alberto Angela qui nous propose un voyage dans le monde romain à l'époque de l'empereur Trajan qui marque l'apogée de l'empire autour de l'an 115 de notre ère.

Le concept proposé est audacieux: suivre le voyage et les pérégrinations d'une monnaie romaine, un sesterce qui passe de main en main et circule dans tout l'empire.

A l'époque impériale, le sesterce est est une grosse pièce de laiton pesant 1/12e de livre romaine soit autour de 27 grammes. Composée de cuivre et de zinc, d'une couleur jaune d'or, elle était très prisée.

Un fabuleux voyage à ne pas manquer...
Un fabuleux voyage à ne pas manquer...
Un fabuleux voyage à ne pas manquer...

Mais le voyage de cette pièce n'est qu'un prétexte pris par l'auteur pour faire entrer le lecteur dans la vie de personnages très divers qui fondent la société romaine à une époque où l'empire a atteint son expansion maximale.

Un empire qui s'étend de la frontière écossaise au Nord jusqu'au golfe persique et du Maroc jusqu'au sud de l'Egypte !

Carte du parcours proposé dans le livre...

Carte du parcours proposé dans le livre...

Un fabuleux voyage à ne pas manquer...

Comme historien, je n'apprécie guère les “romans historiques“ qui mettent en scène des personnages au milieu d'intrigues imaginaires. Ici le parti pris ne me gène pas. La lecture est agréable et permet de voir de près des ambiances, des lieux que peu de livres d'histoire mettent en scène.

De plus chacun des personnages évoqués est crédible car basé sur l'étude nombreuses sources archéologiques et littéraires qui étayent avec sérieux les faits et gestes de chacun.

Une plongée dans un monde dépaysant et étonnant et pourtant plus proche de nous que la distance du temps pourrait le laisser croire...